Qui sommes-nous ?

 

                                                     

          

 

      

 

                                                     

                                                                                    HELP ANIMALS……             

  UN REFUGE PAS COMME LES AUTRES ! 

Créé il y a plus de 30 ans (janvier 1981),  Help Animals a voulu apporter un « plus » en matière de protection animale et ne s’est jamais écarté de son objectif. Bien au contraire, il a évolué au fur et à mesure des années, se conformant ainsi aux nouvelles règlementations en vigueur en matière de protection animale et s’enorgueillit d’être depuis et toujours  un refuge modèle  à l’avant-garde du confort, de l’hygiène et de l’infrastructure de ses bâtiments ainsi que des soins et de l’état sanitaire de tous les animaux présentés à l’adoption. 

Pourquoi avoir créé Help Animals ?

Il y a 30 ans, il n’y avait pas pléthore d’associations de protection animale sur Bruxelles accueillant les chiens et les chats trouvés ou abandonnés. Ces associations ne pouvant, la plupart du temps, pas faire face à la demande, étaient contraintes de  pratiquer l’euthanasie.

Sans doute  un peu « Don Quichotte » direz-vous, nous nous refusons à suivre cette démarche parce que nous estimions que chaque animal a droit à la vie ! Beau ou moins beau… jeune ou moins jeune…de race ou non, tous ont le droit de vivre et de connaître encore le bonheur !  Cette règle est depuis toujours restée « NOTRE IDEOLOGIE ».

Jamais nous ne nous accorderons le droit de décider de leur vie ou de leur mort. (excepté dans des cas de maladie grave ou incurable ou d’agressivité avérée, mettant en danger les nouveaux adoptants ; adultes comme enfants).

Et, par cette attitude, nous ne faisons que mettre en pratique la « CHARTE DES DROITS DE L’ANIMAL »

Tous les animaux sont égaux et ont droit à la vie.... 

Quels sont nos buts ?

  • Depuis de nombreuses années, en collaboration avec les autres associations de protection animale, nous avons lutté contre les abus de la vivisection. Avec les années, nous sommes parvenus à limiter ces expériences, déjà en faisant interdire la vente d’animaux de compagnie sur les marchés publics. De même que tous ces animaux dits « les nacs », (nouveaux animaux de compagnie)  qui souvent sont interdits à la vente parce que protégés par la « CONVENTION DE WASHINGTON ». 

 

  • Nous remplissons également un but social. Il est effrayant de constater à l’heure actuelle, le nombre croissant de personnes seules, parfois âgées et sans famille dépourvues bien souvent de toute motivation de vie. Ne pratiquant pas l’euthanasie, nous gardons tous les animaux qui arrivent chez nous et, bien entendu, également les animaux âgés ! Ces derniers conviendront parfaitement à une personne d’un âge mature qui sera ravie de pouvoir se sentir encore utile  en s’occupant d’un petit animal à qui parler, qu’elle pourra caresser ou prendre sur ses genoux. En outre, la crise économique sévissant depuis un  moment déjà, il n’est pas rare que nous aidions des personnes qui n’ont pas ou plus les moyens de subvenir aux besoins de leur animal préféré.  

 

  • Nous nous attachons également tout particulièrement à  un but éducatif ! Eduquer nos enfants au respect de la VIE quelle qu’elle soit !  Comme l’animal qui vient de naître, l’enfant n’est-il pas un être dépendant de sa mère ? Ne marche-t-il pas lui aussi à 4 pattes ? Pur et innocent,  il se dirige naturellement vers l’animal. C’est nous, les adultes qui mettons souvent des barrières entre eux ! C’est nous aussi, qui par cette attitude, leur inculquons la peur de l’animal ; dont il aura du mal  à se débarrasser plus tard. Nous sommes donc en contact avec des professeurs et instituteurs de différentes écoles et nous les incitons à mettre dans leur programme scolaire, des visites aux refuges pour animaux. Aussi bien chiens et chats que chevaux ou animaux de ferme. Nous essayons, lors de leur visite au refuge, de leur faire prendre conscience qu’un animal est un être vivant, animé comme lui de sentiments de joie ou de tristesse. Et que, lorsqu’il se retrouve derrière les barreaux d’une cage, sans comprendre la raison de son abandon il souffre de se sentir enfermé, entouré de visages inconnus  de même que par d’autres animaux, qui eux aussi manifestent leur détresse.

 

  • N’ayez donc pas peur de pousser la porte d’entrée et laissez-nous vous guider au travers de notre «gentil home d’accueil » ! Dès l’entrée déjà, deux chiens attireront votre attention. Ces derniers,  préférant   le grand air,  deux parcours couverts ont été mis à leur disposition. Avant  nous, ils vous manifesteront leur joie de vous rencontrer.